Passer le permis de conduire en accéléré est ce légal ?

24 juil

Toutes les auto-écoles proposent actuellement au futur automobiliste de passer le permis de conduire en moins d’un mois. Face à la renommée fulgurante ce type de stage, il s’avère nécessaire de s’intéresser à son cadre légal, voire de se demander si cette pratique est autorisée par la loi.

Cadre légal 

La loi autorise quatre types d’initiation à la conduite. Le plus connu est la formule classique qui permet un maximum de pratique et assure, au final, la maîtrise totale de la conduite. Le candidat peut également opter pour le contrat de formation ou la conduite accompagnée. Le stage accéléré est la quatrième option. Ce mode d’apprentissage est donc tout à fait légal. Il s’inscrit dans la volonté du gouvernement d’améliorer les résultats du passage du permis et de la qualité de la formation : un apprentissage en continu s’avère plus efficace et enregistre un taux de réussite de 53 % aux examens. 

Le permis de conduire en accéléré 

Comme toutes les formules d’apprentissage à la conduite, le permis intensif, aussi appelé stage en continu ou formation accélérée au permis, nécessite des séances de code et un minimum de 20 heures de conduite. D’après la loi, un délai de 30 jours doit s’écouler entre la validation du dossier du stagiaire par la préfecture et son examen du code. Ce délai a été fixé, car il faut que le candidat se présente aux examens dès que la dernière séance d’apprentissage s’achève. Ensuite, la législation prévoit 15 jours d’intervalle entre la réussite à l’examen du code et le passage de l’examen de conduite. Malgré ces délais théoriques, le stagiaire finit généralement de passer tous ses examens au bout d’un mois.

Le permis intensif est apprécié pour l’apprentissage en continu qu’il implique. Il coûte cependant 10 à 15 % plus cher que la formation classique et cette somme doit être payée en une seule fois.

Tags:

Laisser un commentaire